25/02/2008

M

Je tends le bras pour le sentir … rien … mon lit est tellement grand…
Alors je roule vers lui pour me lover entre ses bras et ... le vide… personne…
Réaliser qu’il n’est pas à mes côtés.
La plupart de mes nuits sont perturbées.
M me manque tant.
Ca fait mal.
Par moment, je me demande si j’ai bien fait d’accepter ce nouveau job…. Les occasions de se voir sont maintenant si rares. La distance est là… cruelle.
Mais aurais-je dû refuser rien que pour être plus disponible pour lui?
C’était une vraie opportunité professionnelle… Bien sûr il n’y a pas que le travail qui compte… et puis peut-être que je vais échouer dans cette nouvelle fonction ? Je serais alors 100% disponible…
Notre histoire secrète n’a pas d’avenir ? Et pourquoi n’en aurait-elle pas après tout? Je rêve encore… Et pourquoi ne pourrais-je pas rêver ? Elle est belle notre histoire, difficile mais très belle.

Parfois se croiser, partager quelques trop courts moments volés et déjà devoir se quitter.
Un manque énorme … L’impression d’être amputée d’une partie de moi-même…
Je crois que je l’aime énormément…

22:58 Écrit par moonshine | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Votre histoire est belle parce qu'elle est difficile, voire impossible, non ?
Etre disponible tuerais le manque, ce délicieux supplice qui donne tant de prix et d'importance à vos instants volés !

Écrit par : Mike | 26/02/2008

Et pourtant... bien que difficile, j'adore cette façon d'aimer... Mais je ne suis pas une référence, on me dit un peu folle :-)). Gros bisous

Écrit par : Syolann | 26/02/2008

je n'ai pas pu résister à faire un tour sur ton blog ...

tu es un peu folle, et l'amour va si bien à ta follie :-) !
Et lui ? n'est-il pas au moins aussi fou que toi ? Car il prend énormément de risques à vivre son amour pour toi ...

Écrit par : smalle | 27/02/2008

C'est vrai, Mike, que le manque accentue l'intensité des moments que l'on passe ensemble...
Syolann ;-)
Smalle, je considère chaque risque qu'il prend comme une preuve d'amour ... :-)

Écrit par : Moonshine | 28/02/2008

Les commentaires sont fermés.