04/10/2006

 

W m’a proposé d’aller prendre un verre ce soir. J’avais d’abord envie d’être seule puis j’ai accepté. C’est fou comme il sent quand je vais mal.
Je lui ai raconté.
Il m’a écoutée, m’a regardée pleurer. Il a essayé de me consoler. Il a pleuré aussi …
Je lui avais déjà parlé de M et il avait cru que ça marcherait M et moi. Il me disait que j’en parlais d’une telle façon….

Ce n’est pas juste de dire que M et moi ça ne marche pas. Le « problème » est qu’il ne sait pas se passer de sa famille.

Quand je suis rentrée à la maison, toutes les affaires de M avaient disparu.
C’est terriblement vide et … triste.
Il a vraiment fait le tour de tout. J’ai cru qu’il n’avait rien oublié et puis .. j’ai trouvé… 2 paires de chaussettes et un T-shirt. C’est idiot mais je suis contente de voir encore quelques affaires à lui.

Pas un message de toute la journée.
J’espérais secrètement trouver un petit mot de lui ici, à la maison, dans la cuisine ou dans le salon. Ce n’est pas du tout son genre de faire ça, alors pourquoi me l’étais-je imaginer?
Il a sûrement bien fait. Je ne lui enverrai rien non plus. Je ne peux pas. Il a choisi.
Pourtant j’en meure d’envie…
Et ces mille questions qui me traversent la tête.. je voudrais tant recevoir une réponse…

Des morceaux recollés peuvent-ils tenir fort ? Je souhaite vraiment qu’il soit bien dans le choix qu’il a fait

22:27 Écrit par moonshine | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

*** T'es trop gentille, Moon, je le sais bien mais ça me fait mal au coeur. Il a trop de chance, d'être tombé sur une femme comme toi qui, au lieu de le détester de jouer au "ça s'en va et ça revient" pour la 3e fois, se demande plutôt si lui sera heureux dans son choix...
Fous-t'en, si tu le peux : lui (même s'il doit souffrir aussi et se sentir coupable de te faire du mal) pense d'abord à lui, avant de penser à toi. Fais de même, reconstruis-toi, loin de lui puisque c'est son choix, et s'il regrette encore, cette fois, tant pis, hein : tu mérites mieux que pareille situation.
Même si tu l'aimes, et même s'il t'aime aussi.
Là, il abuse. De toi, de ta patience, de tes sentiments. Il n'est pas malhonnête ni mauvais dans l'absolu, mais il le devient, mauvais, pour toi, ton moral, l'organisation de ta vie.
C'est moche, triste et vraiment injuste.
Mais comme dit ma copine psy, on ne peut pas changer les autres, juste essayer d'agir sur soi. Donc c'est toi qui doit apprendre à te détacher de lui, puisqu'il ne saura jamais ce détacher de sa famille. Et des questions, ne t'en pose pas trop. Je l'ai fait pendant les vacances, c'est une torture et ça ne sert à rien. J'ai eu des bribes de réponses qui m'ont apaisée c'est vrai, mais c'est surtout le temps qui a cicatrisé les plaies. Rien de tel que le temps, d'autres activités, d'autres plaisirs et d'autres rencontres.
Courage et force. Demain sera (forcément) meilleur.
Bizzz

Écrit par : La Fée C. | 05/10/2006

Fais comme tu t'étais dit que tu agirais s'il partait encore une fois...
Je ne sais pas s'il abuse mais c'est clair que le dit la Féé que c'est avant tout à toi que tu dois pensé right now.

Écrit par : Leozz | 05/10/2006

100% d'accord avec la Fée.
Votre histoire me fait penser à une chanson de Cloclo dont tu auras sans doute deviné le titre.
Et si tu ne prends pas les devants, ce petit "jeu" pourrait encore durer longtemps sans que vous soyez ni l'un ni l'autre plus avancé.
Je ne te connais pas mais je pense que tu mérites mieux que ce genre de relation. Si il ne peut quitter sa famille, ce que je peux comprendre, qu'il reste avec elle et cesse de te faire souffrir quand il repart la retrouver.

Enfin c'est mon point de vue ...

Écrit par : phaZer | 06/10/2006

Les commentaires sont fermés.