25/07/2006

Echelle

Nous avions décidé de descendre le lit asséché de la rivière jusqu’à l’endroit où elle se jette dans l’ Astico.
A, G et moi passons d’un rocher à l’autre tout en essayant d’éviter les énormes toiles d’araignées tendues d’une branche à l’autre.
A est en tête. G, sans le montrer mais je l’ai bien remarqué :-), surveille de près ma progression. Il est vrai que mes jambes sont beaucoup plus courtes que les leurs et je suis vachement désavantagée. A chaque difficulté, G est là. Il a de la force et tire ou me retient en fonction des passages à franchir.
On progresse bien. On entend finalement l’eau couler.
Ah… elle est bien là mais …nous, nous sommes au sommet d’une sorte de barrage et le lit de la rivière nous (me) semble trèèèèèèèès bas….
Une échelle d’acier….
La boule descend de la gorge et vient se caler au niveau de l’estomac…
J’ai le vertige.
A se lance… enfin… passe un pied dans le vide pour atteindre le premier échelon…
Il est à la fois enthousiaste et à la fois pas très à l’aise. Il fait ses réflexions à haute voix. Ca me panique plus encore.
Il est en bas. Ca glisse terriblement…
J’ai sans doute dû changer de couleur car G décide qu’on ne descendra pas.
Ouf…
Il faut maintenant que A remonte…

Quelques jours plus tard, nous avons fait l’inverse. Nous avons remonté le lit de la rivière et j’ai gravi cette fameuse échelle.
Sur les photos que G a prises, on voit apparaître au milieu de mon dos sur mon T-shirt clair, au fur et à mesure que je monte, une tache de plus en plus foncée…. J’ai dû perdre quelques litres d’eau en gravissant ces échelons…

22:58 Écrit par moonshine | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.