09/01/2006

Christiana

Freetown. Make love, not war.
Une expérience sociale.
Une illusion perdue?
Un site surprenant, étrange, comme un immense squat
Un no man’s land à quelques minutes du centre de Copenhague.
Ici, il n’y a plus de lois.
De vieux bâtiments en pierre, des baraques de bois.
Les murs sont tagués et apportent de la couleur sous le ciel triste.
Des slogans : "Say No To Hard Drugs", "No Photos".
Les photos sont effectivement interdites. Mais comme c’est la ville de « la liberté à tout prix », j’en ai pris quand même une toute petite…

On rentre dans l’une des cabanes de bois.
Cela semble être à la fois un bar, un « take away », un magasin de fruits et légumes bio.
Deux femmes préparent à manger. Deux marginaux sont assis sur un canapé.
Nous nous installons à la table voisine et prenons un thé. Le prix est ridiculement mini comparé au prix en ville ….

Les vendeurs de canabis sont discrets mais ils sont encore bien là, rassemblés autour de fûts métalliques dans lesquels ils font brûler du bois. Il ne fait pas moins froid ici qu’en ville….
Sur une place, des marchands ambulants à qui on peut acheter tout le matériel pour fumer : papier à cigarettes, pipes, …
Ambiance un peu zone, à la fois drôle et triste.

Christiana a vu le jour en 1971. Ses habitants ont maintenant converti leurs idéaux gauchistes en préoccupations écologiques. Ils s’appliquent à intégrer leur commune à la nature.
L’expérience continue donc….

23:51 Écrit par moonshine | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Et dire que j'y étais aussi ! Je t'embrasse fort.

Écrit par : Cri | 10/01/2006

... Ce lieu me fascine même si je n'y ai jamais été. Une lacune à combler.

Écrit par : HL | 11/01/2006

Les commentaires sont fermés.